La France prévoit de réduire la consommation d'eau chaude dans les bâtiments publics afin d'économiser l'énergie

La France prévoit de réduire la consommation d’eau chaude dans les bâtiments publics afin d’économiser l’énergie

La France va couper l’eau chaude dans les toilettes publiques pour réduire la consommation d’énergie.

La France fermera l’eau chaude des toilettes des bâtiments publics et obligera les municipalités à abaisser la température de l’eau dans les piscines publiques de 1 degré Celsius, dans le cadre de ses plans plus larges de réduction de la consommation d’énergie.

Jeudi, le gouvernement du président Emmanuel Macron annoncera des mesures sectorielles d’économie d’énergie pour prévenir les coupures d’électricité et les pénuries d’approvisionnement en gaz pendant l’hiver.

En réponse aux coupures d’approvisionnement en gaz de la Russie et à la flambée des prix de l’énergie, elle a confié à l’industrie, aux ménages et aux autorités municipales la tâche de réduire leur consommation d’énergie de 10 %.

L’État français dépense 10 % d’énergie pour la production d’eau chaude dans ses bâtiments administratifs, qui représentent plus de cinq millions de Français.

Le pilier central de la politique française est la sobriété énergétique (efficacité énergétique), afin d’éviter que le réseau électrique d’un pays ne soit surchargé par la menace d’arrêts de réacteurs nucléaires.

Une source gouvernementale a déclaré que le gouvernement demanderait aux travailleurs du secteur public de voyager en train, plutôt qu’en avion, pour les trajets de moins de quatre heures.

Un conseiller du ministre des Transports a déclaré que le ministère était en train d’élaborer un plan visant à offrir des avantages financiers aux utilisateurs de l’autopartage.

Une campagne de communication publique sera lancée par le gouvernement pour inciter les citoyens à économiser l’énergie dans tous les domaines de leur vie quotidienne.

Macron a également promis de réduire la consommation d’énergie de la France de 40 % d’ici 2050 afin de respecter les accords internationaux sur le changement climatique.

Cela nécessite un changement durable de nos habitudes et de nos comportements, a déclaré le ministère de l’Énergie dans un communiqué avant les annonces de jeudi.