La France rejoint les projets belge et néerlandais de technologie de déminage naval

La France rejoint les projets belge et néerlandais de technologie de déminage naval

Trois pays européens ont uni leurs forces pour développer de nouvelles capacités navales anti-mines. La France est alignée sur un programme belge/néerlandais existant.

Selon le ministère français de la Défense, des responsables de la défense des trois pays ont signé un accord lors de la conférence commerciale biennale Euronaval qui s’est tenue à l’extérieur de Paris le 18 octobre.

Le pacte combine deux programmes, le SLAM F français, ou futur système de guerre antimines, avec le système belgo-néerlandais de lutte contre les mines (rMCM).

Le ministère a indiqué dans un communiqué que la France avait notamment confirmé sa décision de ne pas lancer la conception des navires français de guerre des mines basée sur les méthodes des navires belgo-néerlandais dans le cadre du programme rMCM.

Les nations partagent l’objectif de maximiser les communautés de conception afin de créer des opportunités pour fournir un soutien en service conjoint ou d’autres activités conjointes liées aux capacités de guerre des mines.

L’effort SLAM F vise à remplacer le personnel de la Marine par des navires autonomes capables d’effectuer des missions de déminage.

Il a été créé dans le cadre du programme franco-britannique Maritime Mine Countermeasures (MMCM), lancé en 2012 pour créer un prototype de drone sous-marin capable de détecter et de neutraliser les mines marines et les bombes sous-marines improvisées.

Thales et BAE Systems ont dirigé l’équipe de l’industrie pour le prototype, avec d’autres partenaires tels que Wood & Douglas, ASV et le Royaume-Uni, et ECA Group en France.

Le groupe a annoncé mardi qu’il continuerait à opérer pendant longtemps.

En 2021, Thales a livré le premier prototype de système SLAM F à la Marine nationale.

La France commencera à commander son premier système SLAM-F en 2023. La date de livraison est actuellement en discussion, a indiqué le ministère. Les responsables ont précédemment annoncé leur intention de collecter jusqu’à huit systèmes sans pilote.

En 2024, les marines néerlandaise et belge commenceront à recevoir leur système rMCM respectif. Le programme est mené par le consortium formé par ECA Group et Naval Group.

Selon Naval Group, le programme rMCM comprendra 12 navires chasseurs de mines et une centaine de systèmes sans pilote répartis entre la Belgique (et les Pays-Bas)