La marche de la France contre l'inflation fait monter la pression politique

La marche de la France contre l’inflation fait monter la pression politique

Dimanche, des milliers de manifestants, dont le lauréat français du prix Nobel de littérature, se sont rassemblés à Paris pour manifester leur colère face à la hausse des prix et faire pression pour que le président Emmanuel Macron agisse.

Les opposants de gauche à Macron ont organisé la marche pour des augmentations de salaire et d’autres revendications. Cela a allumé le feu pour ce qui s’annonçait comme une semaine difficile pour son gouvernement centralisateur.

Les grèves des transports de mardi devraient coïncider avec les grèves salariales qui ont déjà entravé les raffineries de carburant, les dépôts et les usines de carburant.

Cela provoque des pénuries chroniques d’essence qui menacent des millions d’automobilistes qui dépendent de leur voiture et créent d’énormes files d’attente dans les stations-service.

Le gouvernement Macron, qui a perdu sa majorité aux élections législatives de juin, est également sur la défensive au parlement.

Cela rend plus difficile pour son alliance centriste contre des opposants plus forts de mettre en œuvre son programme national.

De plus, la discussion parlementaire sur le plan budgétaire du gouvernement pour l’année prochaine devient de plus en plus difficile.

Jean-Luc Melenchon, un dirigeant d’extrême gauche, a affirmé que Macron était frit et que la direction de Macron conduisait la France dans le chaos dans un discours enflammé lors de la marche de Paris.

Il a déclaré que les ministres de Macron auraient pour tâche de faire passer le budget par la chambre basse du parlement sans donner de vote aux législateurs. C’était une prédiction controversée qui a provoqué des huées bruyantes.

Les organisateurs ont affirmé que plus de 140 000 manifestants ont défilé. La police parisienne a déclaré ne pas connaître le nombre exact de manifestants qui se sont rassemblés sur les places et dans les rues pour agiter des drapeaux.

Quelques incidents de vandalisme se sont produits aux marges. Des guichets automatiques ont été cassés et des poubelles ont été incendiées. La police anti-émeute a gardé le contrôle.

Annie Ernaux, une écrivaine française qui a reçu le prix Nobel de littérature cette année, était aux côtés de Melenchon.

La manifestation a été déclarée un énorme succès par Melenchon, qui a été battu à deux reprises aux élections présidentielles par Macron.