L’ambassade de France demande au Burkina Faso de fournir plus de protection suite aux manifestations

L'ambassade de France demande au Burkina Faso de fournir plus de protection suite aux manifestations

L’ambassade de France demande au Burkina Faso de fournir plus de protection suite aux manifestations

Après de violentes manifestations contre la propriété la semaine dernière au Burkina Faso, l’ambassade de France au Burkina Faso a demandé plus de protection à l’État ouest-africain. Une lettre a été envoyée au gouvernement et une source diplomatique l’a confirmé.

L’ambassade de France a écrit au ministère des Affaires étrangères du Burkina Faso, qui a été vu par Reuters. Il a déclaré que la police militaire du Burkina Faso n’avait rien fait le 18 novembre, lorsque des centaines de manifestants ont attaqué l’ambassade, lançant des pierres et d’autres projectiles sur les murs.

Les protestations et le sentiment anti-français ont augmenté au Burkina Faso cette année. Le Burkina Faso est une ancienne colonie française. La France a des forces spéciales et des liens étroits avec le pays.

Les manifestants ont marché jusqu’aux portes de la base militaire française exigeant que les soldats soient libérés.

Selon une source diplomatique, l’ambassade a écrit une demande aux autorités pour honorer les conventions internationales concernant la protection des ambassades diplomatiques et pour améliorer la sécurité autour de l’ambassade.

Selon une source, l’ambassade a fait plusieurs demandes pour ce type d’assistance et le ministère des Affaires étrangères a promis que les demandes seraient satisfaites.

Evrard Somda, chef d’état-major du Burkina Faso à la gendarmerie nationale, a déclaré que les officiers à l’extérieur de l’ambassade n’étaient pas équipés pour gérer la manifestation. Il attendait que les autorités lui donnent l’ordre d’envoyer des renforts. Cela a pris plusieurs heures.

Après que Traoré ait affirmé que le dirigeant qu’il avait évincé, Paul-Henri Damiba, se cachait dans une base militaire française, des manifestants ont incendié l’ambassade de France. La France dément cette allégation.

Céline Ilboudo s’est exprimée au nom du ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso. Elle a déclaré qu’elle n’avait pas reçu le courrier du 19 novembre, mais a confirmé que l’ambassade de France avait déjà envoyé un courrier à ce sujet.

Il a dit qu’il avait vu la vidéo des gendarmes jouant aux cartes et qu’il traitait le problème en interne.

Certains Burkinabés en ont assez d’une insurrection islamiste croissante et de ce qu’ils perçoivent comme l’influence néocoloniale de Paris. Ils ont pris les devants au Mali voisin et ont appelé au renforcement des relations avec la Russie et au départ de la France.