Le Royaume-Uni et la France signent un accord sur la migration, mais le Premier ministre déclare qu’il est trop tôt pour établir un plafond de réfugiés

Le Royaume-Uni et la France signent un accord sur la migration, mais le Premier ministre déclare qu'il est trop tôt pour établir un plafond de réfugiés

Le Royaume-Uni et la France signent un accord sur la migration, mais le Premier ministre déclare qu’il est trop tôt pour établir un plafond de réfugiés

Dans un effort pour réduire les traversées de la Manche, davantage de migrants sont arrivés au Royaume-Uni. Le gouvernement a signé un accord de plusieurs millions de livres avec la France.

Le nouvel accord portera le montant versé à la France par la Grande-Bretagne à 72 millions d’euros (PS63 millions) en 2022/23. Il verra également des officiers britanniques stationnés dans les salles de contrôle françaises pour la première fois et une augmentation de 40% des patrouilles de plage le long de la côte nord de la France.

Ce sera la première fois que des officiers britanniques seront intégrés aux côtés de leurs homologues français.

Rishi Sunak, qui s’est entretenu avec des journalistes lundi, a déclaré qu’il étudierait la possibilité de limiter le nombre de réfugiés que le Royaume-Uni acceptera chaque année. Cependant, il a déclaré qu’il donnerait la priorité à la lutte contre l’immigration illégale en premier.

Au cours de sa course à la chefferie estivale, le premier ministre s’est engagé à appliquer des quotas.

Il a déclaré qu’une conversation comme celle-ci ne peut être possible que si nous avons pris toutes les mesures nécessaires pour assurer un contrôle adéquat de nos frontières. C’était sa déclaration aux journalistes mardi alors qu’il se rendait en Indonésie pour le sommet du G20.

Il a également déclaré que son plan visant à réduire la migration illégale n’incluait PAS l’exigence de cartes d’identité. Il a déclaré que le système de visa du Royaume-Uni pour les étrangers au Royaume-Uni est suffisant et que 98% ont une pièce d’identité avec photo.

Il a dit que la troisième chose est que nous avons déjà augmenté les peines d’exécution, que ce soit pour les propriétaires, les employeurs ou ceux qui travaillent illégalement.

La France a accepté l’accord car le nombre d’arrivées sur la côte depuis le sud après avoir fait le voyage a dépassé les 40 000 l’année dernière. Les traversées se poursuivent lundi.

Lors de sa première rencontre avec le président français Emmanuel Macron Macron, M. Sunak a soulevé la question des petits bateaux transportant des personnes de Calais à Douvres. Le Premier ministre a déclaré que cet accord démontrait que la coopération était le meilleur moyen d’aller de l’avant.

Nous sommes heureux de signer un nouvel accord avec la France… mais ce n’est pas fini. L’accord devrait servir de base à la poursuite de la coopération dans les mois à venir.