L’économie britannique ne recule que de 1,5% au premier trimestre malgré le blocage

Les chiffres officiels montrent que l’économie britannique s’est contractée de 1,5% au premier trimestre 2021, une contraction relativement modeste étant donné que le pays était au milieu d’un verrouillage strict pour lutter contre une deuxième vague du coronavirus.

Les chiffres officiels montrent que l’économie britannique s’est contractée de 1,5% au premier trimestre 2021, une contraction relativement modeste étant donné que le pays était au milieu d’un verrouillage strict pour lutter contre une deuxième vague du coronavirus. Le Bureau des statistiques nationales a également déclaré mercredi que l’économie avait même réussi à croître de 2,1% en mars lorsque le pays avait commencé à assouplir certaines des restrictions.

Les chiffres globaux du premier trimestre fournissent une preuve supplémentaire que les entreprises et les consommateurs se sont adaptés aux contraintes du verrouillage en augmentant leurs activités en ligne. Au deuxième trimestre de 2020, lorsque le premier verrouillage était en place, l’économie britannique s’est contractée d’un cinquième.

L’agence a déclaré que la forte reprise observée en mars avait été menée par le secteur de la vente au détail et le retour des écoles. Les secteurs de la construction et de la fabrication se sont également bien comportés, les entreprises continuant de s’adapter à la pandémie. Le chef du Trésor, Rishi Sunak, a déclaré que la performance de mars était «un signe prometteur des choses à venir».

L’agence des statistiques a également déclaré que les exportations de marchandises vers l’Union européenne ont augmenté en mars et sont maintenant presque revenues à leur niveau de décembre, le mois dernier où la Grande-Bretagne faisait partie du marché unique européen et de l’union douanière. Le nouvel accord de libre-échange entre une Grande-Bretagne post-Brexit et l’UE est entré en vigueur au début de 2021, entraînant une perturbation des échanges qui, selon le gouvernement britannique, représentait des problèmes de démarrage précoce.

Les importations en provenance d’Europe sont restées faibles au cours des trois premiers mois de l’année, dépassées par les importations hors UE pour la première fois jamais enregistrée.

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *