Marine Le Pen hausse le ton contre Eric Zemmour, Robert Ménard les exhorte à s’unir

Marine Le Pen et  Robert  Ménard à Béziers, le 7 janvier  2022.

« Arlette Laguiller de la droite nationale », « tout est faux en permanence chez lui »… A moins de trois mois de l’élection présidentielle, le ton monte entre les deux candidats d’extrême droite, Marine Le Pen et Eric Zemmour. Alors que la première avait jusqu’à présent épargné son rival, susceptible de lui apporter des voix si elle accédait au second tour, elle a intensifié ses critiques depuis le ralliement à M. Zemmour de l’ex-numéro deux des Républicains (LR), Guillaume Peltier.

« Est-ce qu’[Eric Zemmour] a l’ambition d’être au second tour, ce que je ne crois pas, ou est-ce qu’en réalité il sert de marchepied pour permettre à Valérie Pécresse d’être au second tour à la place de Marine Le Pen ? », a interrogé la candidate du Rassemblement national (RN), mercredi 12 janvier, sur BFM-TV et RMC. M. Zemmour « n’a pas de levier de rebond » et va finir la campagne sous les 10 %, a aussi raillé Marine Le Pen.

Elle met aussi en doute les 75 000 adhérents du nouveau parti de l’ancien chroniqueur ou les 9 millions d’euros de financement revendiqués par le camp Zemmour. « Tout est faux en permanence chez lui », dit-elle. « On ne peut pas aspirer, comme le souhaite Eric Zemmour, à être président de la République et passer son temps à insulter tout le monde en permanence », a renchéri jeudi sur CNews le président du RN, Jordan Bardella.

« Candidature de routine »

De son côté, l’essayiste d’extrême droite a taxé Mme Le Pen « d’Arlette Laguiller de la droite nationale » avec une « candidature de routine », mercredi soir sur BFM-TV. Alors que la candidate du RN accuse Mme Pécresse de laisser des élus LR parrainer Eric Zemmour pour diviser l’extrême droite, ce dernier a répliqué : « Peut-être que Mme Le Pen a l’habitude de ce genre de combines politiciennes, moi, c’est pas mon truc. »

« Je n’ai pas vraiment de leçons à recevoir de Mme Le Pen. C’est quand même à cause d’elle et de son débat calamiteux que nous avons eu cinq ans d’Emmanuel Macron. C’était déjà d’ailleurs à cause d’elle, parce qu’elle avait refusé d’appeler à voter pour Nicolas Sarkozy [lors de l’élection présidentielle de 2012], qu’on avait eu François Hollande », a ajouté le candidat Reconquête !.

« Ils sont tellement stupides ! »

Alors que la situation se tend entre les deux prétendants d’extrême droite, le maire de Béziers, Robert Ménard, a regretté toutes ces attaques lancées l’un contre l’autre, jeudi matin sur Europe 1, les accusant d’être « la droite la plus suicidaire du monde ».

« Ils sont tellement stupides ! Aujourd’hui, alors que si j’en crois les sondages notre droite à nous est majoritaire à droite et représente en gros un tiers de l’électorat, on est foutu de perdre les élections à cause de leur ego, de leurs écuries, de leurs partis, car tous les deux ils ont des logiques de parti », a lancé M. Ménard. « Je le leur ai dit : Vous êtes fous furieux, vous risquez de vous retrouver dans une situation où aucun des deux ne sera au second tour et ce sera Mme Pécresse », a-t-il ajouté.

S’il a annoncé, vendredi 7 janvier, avoir apporté son parrainage d’élu à Marine Le Pen, M. Ménard espère que Mme Le Pen et M. Zemmour s’unissent, estimant qu’il serait « suicidaire d’avoir deux candidats pour la droite de la droite » avant le premier tour. « Je ne les comprends pas », a-t-il insisté, affirmant également essayer de jouer le rôle de « passerelle » pour réussir l’union des droites entre Marine Le Pen, Eric Zemmour et Valérie Pécresse au second tour. « Il faudra que les deux qui ne seront pas au deuxième tour appellent à voter pour celui qui sera en tête, je vous garantis que ce n’est pas gagné », a-t-il conclu, presque désabusé.

Le Monde

Enlace de origen : Marine Le Pen hausse le ton contre Eric Zemmour, Robert Ménard les exhorte à s’unir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *